Un confiné qui se tient sage

Chronique de ma deuxième

assignation à résidence sanitaire

FILM – CONFERENCE DE PRESSE- PETITION TEXTE

Allocution du sous président macronkowsky

https://www.youtube.com/channel/UCLpPbxaE42SZqki5i_mXUyg

Film

Un confiné qui se tient sage

Scénario Merejkowsky

Groupe de réalisation Roger Nymo – Mark Gadi – Merejkowsky

Avec Isabelle Bouchemaa et Merejkowsky

Avec le soutien de Lardux films- Radio Radar et le Gaje (groupe anarchiste juif expérimental)

Conférence de presse

Pétition

Pour une ouverture immédiate par tous et pour tous des salles de spectacles

http://chng.it/MHsSLksg

Chronique

8 novembre 2020

D’un seul coup, sans aucune raison, au détour d’une pensée, la panique surgit de nulle part et  m’envahit comme le virus invisible et imprévisible.

J’ai la certitude que le couvre feu et que le confinement qui laissent ouverts les écoles et les bureaux ne ralentissent en rien la propagation du Covid.

Et je me répète dans une boucle infernale que mes enfants, les mères de mes enfants, N. vont mourir du Covid. Je vais rester seul

Cet effondrement que je ressens trouve peut être son origine dans les spécialistes de la sphère médiatique qui ont répété que la victoire de Biden sur Trump déboucherait sur une guerre civile aux Etats Unis.

Biden est élu. Il n’y a pas de guerre civile.

Alors pourquoi ont ils parlé de guerre civile?

Pourquoi ont ils développé cette fable terrorisante?
Pourquoi?
Cherchaient-ils  comme moi  à trouver une explication à leur propre panique provoquée par le phénomène imprévu et imprévisible semblable à un virus d’un président de la plus grande puissance qui a nié le réchauffement climatique et  l’actuelle pandémie ?

Mais dans ce cas si ces spécialistes ont prédis une guerre civile aux Etats Unis, comment est ce que je peux croire d’autres spécialistes qui me répètent qu’il faudra trier bientôt les malades aux urgences si les « jeunes » ou si les patrons de bistro » ou si plus récemment les chefs d’entreprise ne se disciplinent pas ?

Alors que ces mêmes spécialistes syndicalistes  n’avaient eu de cesse  de nous répéter avant la crise sanitaire que pendant les fêtes de Noêl les services d’urgence étaient  saturés.

Et pourtant je me lave les mains fréquemment et je porte un masque là où ses spécialistes me disent d’en porter.

Alors  je me dis pour calmer ma panique que mes proches ne travaillent pas, à l’exception d’une de mes filles qui est professeur agrégé (mais qui a moins de 65 ans), qu’ils prennent peu les transports en commun, et que dans ces conditions, ils ont peu de « chance » de succomber au Covid contrairement aux populations partageant des logements exigus, aux vieillards enfermés en EPHAD, et je me demande en quoi le pseudo confinement modifie t il ma situation personnelle?

Peut être est il en fait impossible de séparer sa situation personnelle d’une situation collective?

D’un autre côté, mais est ce vraiment « un autre côté » ma fille Doucha m’avait dit peu avant de succomber à sa tumeur au cerveau que le fait que les enfants meurent après leurs parents est une statistique, et elle avait ajouté que la statistique n’est pas la vie.

D’où vient donc ma panique?

D’autant plus que dans un quart d’heure peut être je serai mort parce qu’un vaisseau aura cédé dans mon cerveau..Et peut être aussi qu’un de mes enfants ou que les mères de mes enfants, ou que N. seront mort dans un quart d’heure pour la même raison mais que comme dans le cas des morts provoqués par le Covid, il est  statistiquement peu probable que les vaisseaux des cerveaux de mes proches cèdent tous au même instant.

C’est une hypothèse peu probable en effet.

Alors d’où vient ma panique subite?

D’où vient – elle?

7 Novembre 2020

Notre Premier Ministre après avoir désigné comme responsables de la propagation du covid le groupe des « jeunes »  a désigné un nouveau responsable. Il s’agit cette fois ci des chefs d’entreprise qui ne jouent pas le jeu du télétravail.

Même jour

N. a brusquement interrompu pour une raison que j’ignore sa communication téléphonique avec B. et elle m’a dit de parler avec B. Je lui ai dit pour essayer de lui remonter le moral que Biden était en tête face à Trump. B. a sèchement répliqué que la colistière de B. était une sacrée salope. Je n’ai pas demandé d’explication. Personnellement le succès de Biden correspond à un retour à une norme sécurisante. En ce sens que les Etats Unis auront à leur tête un président qui ne déformera pas la réalité au gré de ses humeurs, ce qui en ces temps de pandémie fondés sur l’ignorance, et donc sur la culpabilisation, est pour moi un point d’équilibre. En revanche je comprends très bien que B. ayant été proche de Mitterand soit plongé dans sa solitude puisque le propos de Mitterand était justement de nier toute forme d’utopie, et que pour cette raison B. préfère se dire que tout va s’écrouler, étant entendu que ce « tout » ne concerne en fait que sa seule personne. Mais naturellement je ne lui dirai jamais le fond de ma pensée. Nos angoisses peuvent parfois s’apaiser lorsque elles se déplacent momentanément sur une écoute apparemment attentive des tourments de mes proches.

Même jour

J’ai posé sur Facebook la question suivante en précisant qu’elle était destinée à calmer mon angoisse : Est il plus légitime d’accorder une plus grande importance à une mère qui ne peut voir sa mère assignée à résidence dans une EPHAD plutôt qu’à un père qui ne peut rendre visite à ses enfants assignés à résidence chez leur mère. Et j’ai ajouté « Est il possible de quantifier statistiquement une douleur? » Sur le moment, je me suis senti rassuré par la centaine de commentaires et puis je me suis rendu compte que ces commentaires s’étaient développés parce que à chaque commentaire qui me traitait d’irresponsable,  je répétais que mon angoisse m’interdisait d’être dans le jugement, et j’ai fini par me dire qu’il était préférable que je m’abstienne d’écrire sur ce groupe Facebook, laissant ainsi ouvert un espace de commentaire qui ne dépendrait d’aucun animateur responsable ou irresponsable.

13 novembre 2020

J’ai finalement fini par comprendre pourquoi je dois cocher la case numéro une sur le formulaire de dérogation de déplacement. Cette case numéro  une  concerne les déplacements  professionnels non salariés, ce qui est mon cas, la fréquentation de mes amis entre en effet dans le cadre précis de mes activités professionnelles non salariées, étant entendu que ma production de biens immatériel n’entre en aucune façon en contradiction avec une production de biens matériels, chacun reconnaîtra en effet que la publication à des milliards d’exemplaires de la Bible est  le fruit de pensées  d’individus non identifiés et non identifiables. Dans les premières jours de cette seconde assignation à résidence dérogatoire, je m’étais rassuré en me disant que je cocherai la case numéro trois concernant  un rendez vous d’urgence médicale, mais  je m’étais dit que si le policier contrôleur me demandait d’apporter le justificatif de  mon urgence médicale, j’aurais été contraint de déclarer que je me rendais chez la thérapeute psychologue des soins palliatifs qui me suit depuis le décès de ma fille Doucha, et que cette déclaration de détresse psychologique m’enfermait  dans une catégorie de névrosés inaptes à la production de biens matériels ou non matériels et que je risquais ainsi d’affaiblir mon système défense. NADEJDA me dit souvent que j’ai des problèmes psychiques et bien que je sois convaincu que ses accusations  ne reflètent que son propre déséquilibre psychique qu’elle ne peut s’avouer sous peine de perdre le contrôle de son mode de fonctionnement fondé sur la permanence d’un sentiment de rejet, je suis pour ma part intimement convaincu qu’une case paraphée de sa propre main s’apparente à un texte signé, et donc éternel, et que ce diagnostic de soi-même par soi-même d’une détresse psychique provoquera l’ouverture d’une porte sur ce qu’il convient d’appeler le monde de la folie. Aussi, me sentant paradoxalement réconforté par  toutes ces considérations, je m’étais finalement résolu, après de nombreuses hésitations, à cocher pendant notre première assignation à résidence collective la case « visite à personne vulnérable ». J’avais considéré que je devais me rendre visite à moi-même en tant que personne vulnérable. NADEJDA m’avait en effet appelé en pleine nuit pour me supplier de l’emmener à l’hôpital pour passer un test contre le Covid, je lui avais répondu qu’elle respirait normalement, elle avait fini par s’apaiser, et  j’avais eu  dans la matinée une crise de panique parce que je m’étais brusquement  convaincu qu’elle allait m’accuser de ne pas être venu lui porter assistance alors que j’avais plusieurs fois répété que je lui étais très attaché, et qu’elle  en profiterait pour me rappeler que notre relation étant fondé sur le mensonge et  l’incompréhension elle  avait pris la décision de retourner à Bucarest chez sa mère. J’avais fébrilement composé le numéro de téléphone d’une des mères de mes  enfants. J’avais éclaté en sanglots dans le téléphone. J’avais répété que je n’avais plus d’issue car je savais qu’il était impossible de franchir les grilles des hôpitaux qui étaient gardées par l’armée, et que c’était cette impossibilité que niait NADEJDA qui me plongeait dans le désespoir puisque en ne répondant pas immédiatement à sa demande, je m’étais rendu coupable  d’une indifférence qui s’apparente à celle que je m’étais persuadé d’avoir ressenti à la mort de ma mère. (Je devais par  la suite comprendre que  la panique réelle  de NADEJDA était  en fait motivée par le trop perçu que la caisse d’allocation familiale lui avait versé et qu’elle devait tout mettre en oeuvre pour bénéficier des allocations prévues pour les professeurs qui ne seraient pas en état  d’être physiquement présent pour cause de Covid dans leurs salles de classe). La mère de mes enfants m’avait ordonné  de me coucher sur le dos.  Elle m’avait ensuite donné l’ordre de calmer ma respiration. J’avais obéi et ma certitude que j’allais me jeter par la fenêtre avait graduellement laissé la place à une grande fatigue. Mon assignation à résidence sanitaire m’avait interdit de remédier à cette nouvelle crise de panique que je  devais fréquemment  combattre depuis que ma mère avait effectué un déplacement à Tel Aviv. Il était en effet parfaitement évident que si je refusais de me plier à cette interdiction d’un déplacement dans un train de banlieue en dehors de la limite autorisée du kilomètre de mon lieu de domicile, ma culpabilité ne manquerait pas d’engendrer le châtiment que symbolisait un déplacement criminel puisque en détournant pour mon seul profit  le contrat moral de mon assignation à résidence sanitaire, j’allais contaminer des milliers de passants isolés se rendant sur leurs lieux de travail. Mon psychisme était en fait pris dans l’étau d’une culpabilité sanitaire véhiculée par la Radio France Info et d’une culpabilité sexuelle véhiculée par des circonstances qui  dépassent  le champ de mes compétences. Cette culpabilisation fondée sur la panique fut heureusement tempérée par ma rencontre avec un professionnel de santé. Le pharmacien qui me délivre en parfait accord avec un médecin généraliste mes médicaments placebos m’avait vivement conseillé de faire du vélo afin que je ne succombe pas à une crise d’asthme qui m’aurait immanquablement conduit à encombrer les services d’urgence et j’avais fini par signer de ma propre main une dizaine d’autorisation quotidienne justifiant des achats de première nécessité…Aussi et pour d’autres considérations qui échappent à ma conscience, et peut être fort de mon expérience,  cette fois ci, pour cette  seconde assignation générale, je ne culpabilise plus. Il faudrait juste que j’essaye de comprendre l’origine de cette sidération qui en engendrant un effet de culpabilisation m’impose un effet d’effondrement définitif  les très rares fois où NADEJDA ne me répond pas immédiatement lorsque je l’appelle sur son portable.

23 novembre

Je n’ai jamais estimé que la radio et que la télévision étaient comme certains le disent  aux mains des puissances occultes, en fait les juifs, ce qu’ils n’osent peut être  pas claironner pour des raisons de convenances sociales(socialiques). Je suis convaincu en ce qui me concerne que la presse dominante obéit comme toute entreprise capitaliste à la règle du profit et qu’elle est en ce sens prête à répondre à ce qu’elle appelle la demande du public en s’appuyant sur des critères qui lui appartient.  Les journaux télévisés n’ont eu ainsi de cesse de nous rappeler que le COVID pouvait se transmettre par les plus jeunes, puis par les animaux de compagnie, puis par les toilettes des restaurants, (ces éléments sont d’ailleurs peut être exacts, je n’ai aucune compétence médicale) et j’ai eu cet après midi la surprise de constater que la chaîne d’information en continu France Info avait pris la décision de répondre à la demande de ses auditeurs en diffusant toutes les trois heures le spot suivant « En cas de test positif, je m’isole et j’alerte mes amis » Il est donc clair que  France  Info  en  m’incitant ouvertement à visiter mes amis alors que l’attestation de déplacement  dérogatoire que je signe chaque matin ne m’autorise pas à voir mes amis, soutient une campagne de désobéissance civile qui réunirait à la fois la messe, le restaurant, les agences de voyage, les réfractaires du travail obligatoire vingt quatre heures sur vingt quatre dimanche compris et les utilisateurs des bagnoles électriques nucléaires. Finalement, l’honnêteté  intellectuelle m’impose de reconnaître que Lénine dans tout son fatras fondé non sur l’audimat, mais sur l’efficacité du moment, et sur ce qu’il appelle « réalisme » n’avait pas tout à fait tort en affirmant que le système capitaliste était le seul système qui était prêt à vendre la corde qui le pendra.

25 Novembre

J’ai téléphoné à D. D. m’a dit qu’il avait commencé à réfléchir à quelques croquis qui pourraient devenir les commentaires sous forme de bande dessinée de mon récit « Ouais tous ensemble » que je lui ai proposé d’adapter (14 Juillet. L’arrêté municipal interdit les jets de pétards sur la voix publique. La centrale nucléaire explose.) Je me suis senti libéré d’un grand poids après notre conversation téléphonique.  Le modèle parentale n’est peut être pas la cause de la peur que provoque en moi la poursuite d’une relation amoureuse avec Nadejda. Mon père n’a pas transformé les idées anarchistes de ma mère en une fulgurante ascension sociale. La réalité est plus simple.  Mon équilibre interne passe  par la création de  réseaux autour de mes textes ou des projections de mes films,  étant entendu que chacun s’empare de mes propositions suivant les modalités de son choix. Les circonstances actuelles m’imposent en outre de ne pas m’isoler mentalement. Nos représentants élus ont entamé la lecture d’une proposition de loi qui sanctionnerait par une amende de dix milles euros les personnes contaminées qui refuseraient de s’isoler. Comme si me sachant malade, je  sortirais volontairement de chez moi pour contaminer le reste de la population et il me semble en outre évident  que si cette loi est votée, je refuserais de me faire tester ne voulant pas risquer de devoir ensuite payer une amende de dix milles euros si je ne parvenais pas à présenter aux CRS mon attestation de test négatif. Il est vrai que pour nos représentants élus c’est l’irresponsabilité, la mienne, qui est la cause de  mes malheurs. Ils préfèrent fermer les yeux au nom de la majorité silencieuse des retraités sur certaines personnes qui n’ont pas la possibilité de s’isoler, soit parce qu’ils n’ont pas de maison, soit parce qu’ils habitent à cinq dans une même pièce. Et comme d’habitude  ils s’affranchissent de leur responsabilité. Ils ne se condamnent pas pour avoir en toute responsabilité voté la fermeture des lits d’hôpitaux qui entraîne les mesures de culpabilisation et de ce second confinement qui obéit je l’espère à une nécessité sanitaire.

26 novembre

Coup de fil rituel de mon frère concernant mon anniversaire qui débouche sur le Père et sa fonction culpabilisante.

Dans la nuit, entre deux crises de panique, j’entends le bobinnot du Ministère de la Santé qui rappelle en boucle sur France Info que les personnes testées positives doivent prévenir leurs amis.

Cela signifie que le Ministère de la Santé  ne désapprouve pas que nous rendions visite à nos amis.

Cette approbation illustre une fois de plus l’absence de décision des élus qui prétendent réformer, diriger donner un cap afin de répondre à la question du manque.

L’attestation dérogatoire de déplacement du Ministre de l’Intérieur ne comporte en effet aucune rubrique « rendre visite à un ami »

Ces contradictions  de responsables ministérielles correspondent au souci de se couvrir face à sa hiérarchie quelle soit soviétique ou libérale

Elles sont peut être le gage d’un nouveau monde.

Si les dirigeants élus n’ont que pour seule ambition que  de rentrer dans un cycle de communication,  ils ne prendront plus aucune décision, et nous seront peut être débarrassés des idéologues  patriarcaux du goulag et  du mérite et du respect.

Peut être inconsciemment c’est ce que nous recherchons tous, ne prendre aucune décision, et attendre que les « choses » s’arrangent d’elles mêmes, ce qui ne veut pas du tout dire être fataliste, ou croire qu’un Dieu déciderait pour nous, c’est simplement dire que nous agissons non pas dans un souci de communication destinée à répondre à une faute que nous aurions nécessairement commise, mais que nous agissions sans esprit de retour d’investissement de nos actes.

C’est sans doute pour cette raison qu’il m’est particulièrement difficile de dire je t’aime à….

24 Décembre – Noël

J’ai fini par comprendre pourquoi j’exaspère si souvent mon entourage. (Je ne parle pas de mes parents, ces derniers ne me vivent pas comme une exaspération mais comme une fatigue perpétuelle et immuable). La conviction professée par mon entourage à quelques exceptions près que la pandémie du Covid n’aura jamais de fin  est finalement assez rassurante. Leur certitude de leur effondrement personnel qui trouve sa confirmation dans une catastrophe mondiale fondée sur l’évidence, rend illusoire leurs projections dans l’avenir, repoussant ainsi toute velléité de changement professionnel et./ou conjugale. Leur profonde déprime en leur permettant de se satisfaire d’un présent qui somme toute serait moins pire qu’un futur devient une norme qui les débarrasse des personnes fatigantes, voir épuisantes, qui reviennent sans cesse sur le sens de la responsabilité de nos désirs sexuels, de l’éducation de nos enfants ou de l’augmentation du chiffre d’affaire de nos petites et moyennes entreprises.

Je suis en ce qui me concerne suffisamment angoissé et je n’ai plus la force d’entendre qu’un petit comité a créé de toute pièce le Covid afin de fabriquer un vaccin qui en exterminant les pauvres et les faibles permettra à une élite fondée sur l’intelligence artificielle d’asseoir sa domination sur l’ensemble du monde.

La dénonciation d’un groupe occulte par certains n’a à mon sens pour seule finalité que de s’attirer les bonnes grâces d’une clientèle qui les convaincra de leurs propres singularités, dans le meilleur des cas et qui dans le pire des cas leur permettra d’accéder à la jouissance que leur procurera leur propre manipulation des populations  incultes qu’ils se complaisent justement à dénoncer afin de démontrer l’existence d’un complot.

Je ne suis pas bien évidemment exempt de cette recherche d’une jouissance fondée sur le sentiment de ma propre singularité qui me rendrait comme ils disent « moins cons  » que les autres.

Ma recherche inconsciente  d’une clientèle  repose peut être sur l’évocation d’une illumination intérieure fondée sur aucune perspective, ni sur aucun retour sur investissement matériel ou affectif.

Pour cette raison je souhaite à tous un Joyeux Noël est un Joyeux Couvre feu.

En effet :

Le président Macron testé positif a du s’isoler dans le domaine de la Lanterne alors qu’il avait dit une semaine plus tôt que les opposants au téléphone G5 voulaient revenir à l’âge de la Chandelle.

Le Président Macron a contaminé d’autres chefs d’état et les commentateurs de la radio France Info ont rappelé à cette occasion que les chefs d’état étaient des hommes comme les autres

Je note enfin que c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité qu’un chef d’état suite aux décisions qu’il a édicté se  voit contraint de se priver volontairement de liberté.

Enfin je tiens à proposer une ultime illumination qui me fait hurler de rire entre deux crises de panique.

Ils commencent à se dire que la météo serait à l’origine du nombre de cas positifs du virus et donc de l’encombrement de notre système d’urgence fondé sur le plan comptable approuvé par un ancien « humanitaire » de l’Abbé Pierre Emmaus

C’est à  dire que lorsque le temps est humide, nous sommes plus sujet à attraper la grippe ou le Covid. (il convient de dire désormais la Covid, le passage d’un mal masculin à un mal féminin reste pour moi une énigme)

Dans ce cas, le confinement ayant eu lieu en période humide, il n’a servi à rien, puisque la chaleur du printemps succédant à l’humidité de l’hiver, le nombre de cas positifs a « naturellement » diminué

Il n’est pas non plus impossible que la multiplication des cas favorisant l’immunité collective, celle-ci sera effective justement quand toute la population aura été vaccinée.

Aussi j’ai commencé à souhaiter à mon entourage de passer un Joyeux Noel et un Joyeux Couvre Feu.

Le « faire » revendiqués par la sphère politique, ou par celle des prophètes de l’effondrement collectif ou des adeptes de l’illumination individuelle se heure à cette constatation :

Peut être convient il désormais de se concentrer  sur nos familles de pensée, sur nos actes collectifs ou individuels désintéressés débouchant sur des espaces de parole autonome qui en tournant en rond autour des ronds points n’aura pas pour but de répondre aux questions que nous ne nous posons pas.

23 Janvier 2021

Grande nouvelle sur le front du Covid

La radio annonce que l’Académie de Médecine rappelle qu’ il faut continuer à porter le masque dans le métro et que le virus se transmettant par la bouche il est préférable de s’abstenir de parler.

Dans le même ordre d’idée il est évident que si la population mondiale était confinée sans interruption  pendant deux ans le et les virus disparaîtraient à jamais.

Et le plus intéressant réside dans le fait que ces deux recommandations reposent sur un diagnostique  aussi sérieux que scientifique.

Donc, où est le problème? Où est le problème ?

Il suffit de prendre les problèmes un pas un dans leur ordre et surtout ne pas se soucier  des conséquences  sur une population mondiale confinée qui devrait s’imposer un silence de deux ans.

Le tout n’existe pas.

Le tout est juste une projection mentale des sbires antisociaux complotistes soviétiques libéraux

Publié par merejkowsky

L'artiste n'est pas Dieu. Il est réceptacle. Mes films, mes récits, mes bandes sons, sont commentaires Et espaces de confrontation. En ce sens mes films écrits bandes sons sont libres de diffusion à l'exception des membres des conseils d'administration des sociétés dites d'auteur

7 commentaires sur « Un confiné qui se tient sage »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :